FGAAC CFDT

Consultation chez le médecin

La consultation chez le médecin passerait à 25 euros en 2018

La consultation passera biende 23 à 25 euros chez le généraliste... mais en 2018, au grand dam des médecins. Les propositions de l'Assurance maladie aux syndicats de médecins libéraux, qui négocient une nouvelle convention depuis fin février, ne permettront pas en l'état d'aboutir à un accord, préviennent déjà les blouses blanches.

 

Dans le document soumis aux syndicats, l'Assurance maladie récapitule les mesures mises sur la table et, pour la première fois, chiffre le budget qu'elle compte leur consacrer, soit près de 750 millions d'euros en année pleine. Une dépense qui « a évidemment vocation à s'inscrire dans le strict respect » des économies, de plus de 3 milliards d'euros rien qu'en 2016, demandées à l'Assurance maladie.

Un euro d'augmentation dès 2017

Premier enjeu de la négociation, la consultation de basechez les généralistes passera bien de 23 euros à 25 euros, comme le réclament tous les syndicats. Mais « en deux étapes, car cette seule mesure coûterait près de 450 millions d’euros », poursuit Nicolas Revel. Il propose d'augmenter la consultation d'un euro en avril 2017, puis encore d'un euro en avril 2018.

Un calendrier « inacceptable » pour le principal syndicat de généralistes, MG France, qui « ne signera pas en l’état ».

Aides aux médecins s'installant dans les « déserts médicaux »

Au regard des revendications des syndicats, qui chiffrent à plus d'un milliard d'euros les besoins de la profession, l'enveloppe proposée par la Cnam semble maigre. « Mais l'impact total pour les médecins devrait aller au-delà et se situer autour de 1 milliard d'euros [890,5 millions] si l'on ajoute la part des complémentaires ».

Outre la consultation à 25 euros, le texte prévoit d'autres revalorisations, comme pour la consultation d'enfants de moins de 6 ans chez le généraliste, progressivement portée à 30 euros d'ici à 2018, soit 17,9 millions d'euros de dépenses supplémentaires, ou un tarif à 46 euros pour les « consultations complexes » et à 60 euros pour « les très complexes », soit 52 millions d'euros.

Quelque 10 millions d'euros seront également investis dansla lutte contre les déserts médicaux, avec une aide de 50.000 euros à destination des médecins s'installant dans les zones fragiles. Syndicats et Assurance maladie ont jusqu'au 26 août pour trouver un accord, sans quoi un règlement arbitral sera confié à une personnalité indépendante.

 

primi sui motori con e-max

Newsletter

Restez informé, enregistrez vous à notre lettre d'information.

Contactez nous

  • Téléphone: 01 76 58 12 21

Restons connectés

Suivez nous sur les réseaux sociaux.
1000 caractères restants