FGAAC CFDT

SPÉCIAL ELECTION 2015 (Article 10/29)

Nouveau Logo

 Chacun devra prendra ses responsabilités.

 

Après un été particulièrement ensoleillé, l’automne risque d’être chaud pour les salariés du Groupe Public Ferroviaire.

Deux évènements majeurs vont mobiliser l’actualité des salariés du GPF.

En premier lieu, les élections professionnelles auront lieu le 19 novembre 2015.

À cette occasion, et comme à chaque élection, certains vont se croire obliger de faire du populisme afin de mieux assurer leurs arrières.

Le mensonge et la peur du lendemain étant leurs meilleures argumentations, la période s’annonce propice pour ces Organisations Syndicales.

 

Depuis plusieurs années, voire décennies, leurs méthodes néfastes n’ont jamais permis aux cheminots d’améliorer leur rémunération et encore moins leurs conditions de travail.

Bien au contraire, aucun accord salarial n’a été signé par ces OS, idem pour l’intéressement, l’accord QVT (Qualité de Vie au Travail) ayant même était dénoncé par l’OS majoritaire.

Imaginez le pouvoir d’achat perdu par les cheminots si d’autres n’avaient pas pris leurs responsabilités, la CFDT en premier lieu.

En ce qui concerne l’emploi, leur politique du « non » à  fait fondre les effectifs à la vitesse d’un TGV. Fret en est l’exemple flagrant. 

Le Syndicat National FGAAC-CFDT et la CFDT cheminots ne pratiquent pas cette politique de « terre brulée » mais portent  une politique qui correspond au monde qui nous entourent et qui évolue tous les jours.

La FGAAC-CFDT et la CFDT ont toujours signé les accords qui améliorent le quotidien des cheminots en général et des Conducteurs de Train en particulier.

Pour exemple : la CPA, le CET, Intéressement, PR 13, accords salariaux, ……

Mais en fin d’année et en 2016 vont commencer les discussions sur l’organisation et le temps de travail de la Convention Collective.

Quelle va être l’attitude de ces Organisations Syndicales radicales ?

Vont-elles laisser les dirigeants des Entreprises privées dicter leur loi pour amplifier le dumping social pratiqué dans leur Entreprise et accroître l’écart sur les conditions de travail entre elles et  l’entreprise historique ?

Lors des négociations sur le champ d’application, nous avons  déjà eu un aperçu  de leur  position.

Si la CFDT, à ce moment-là, n’avait pas pris ses responsabilités, toutes les entreprises ferroviaires (sans exception) auraient multiplié les filiales et la sous-traitance et auraient pu employer leurs salariés au Code du travail. 

Dans quelques semaines, lors des premières discussions sur la future réglementation, quelle sera leur attitude :

Þ    Le « non » à tout pour laisser le champ libre aux employeurs ?

Þ    Faire une énième grève qui ne résoudra  rien (comme d’habitude)  mais qui fera perdre de l’argent aux cheminots ?

Si ce chapitre de la Convention venait à être bafoué par idéologie, cela entrainerait inexorablement les cheminots et les Conducteurs de Train en particulier vers un précipice sans fond.

Les pertes de marché TER, Intercités et VFE seraient inévitables.

Les cheminots en général et les Conducteurs de Train en particulier seraient alors obligés de travailler pour des EF privées (pour ceux qui auront encore cette chance) à des conditions autres que celles qu’ils connaissent.

La CFDT et son Syndicat National FGAAC-CFDT ne veulent pas qu’un tel scénario ait lieu et ils œuvreront pour que tous les travailleurs du rail puissent continuer à exercer leur métier, dans des conditions dignes de ce nom, dans leur Entreprise et là où ils l’auront choisi.

Si malheureusement un autre scénario venait à s’écrire, certains devront rendre des comptes à tous les cheminots.

Bon courage à tous

 

Télécharger le Journal FGAAC-CFDT

 

 

primi sui motori con e-max

Newsletter

Restez informé, enregistrez vous à notre lettre d'information.

Contactez nous

  • Téléphone: 01 76 58 12 21

Restons connectés

Suivez nous sur les réseaux sociaux.
1000 caractères restants